On écrit des livres, on ramène des photographies. On voudrait tant s'être saisi de l'imperceptible. Mais ce qui compte en dernier lieu, c'est moins le résultat de l'élan, que l'éclair. Ce qui compte, c'est le départ et l'inconnu.

  • Joël VERNET 
  • Lettre pour un très lent détour
Réseaux sociaux

Site réalisé par Net Invaders

Equilibres nocturnes

Photo-graphie : deux racines grecques pour traduire « écriture de la lumière ». C’est comme en prolongement de cette notion que Michel EISENLOHR est intervenu pour la société EDF. Dans le cadre de Marseille capitale européenne de la culture en 2013, EDF a réalisé sous forme de mécénat la mise en lumière de deux monuments du patrimoine phocéen. Le photographe a ainsi retrouvé le Palais Longchamp, auquel il a consacré un travail au long cours en 2005-2006 (voir le reportage et l'ouvrage " Palais Longchamp, monumental et secret "). Désormais au noir et blanc, oser la couleur. A la poésie de la ruine, saisir la seconde jeunesse de l’édifice. Au récit intimiste, retranscrire les nouveaux habits de lumière, servir de guide aux regards des marseillais. Autre édifice emblématique, la cathédrale la Major. A l’écoute des architectes et des techniciens, il a entrepris un long traveling afin de révéler cette vigie amarrée à la croisée du Vieux Port, de la Joliette et des architectures contemporaines. Multiplier les points de vues, varier les distances, saisir la silhouette des dômes sur le ciel et la façade telle une proue de navire sur la résille bleue du nouveau MuCEM.


Lieux d'exposition  

  • Espace EDF, Nantes, octobre-novembre 2014
  • Siège de la société EDF, La Défense - Paris, décembre 2014  - février 2015

 

 

Détails du projet

DATE: 23 avr 2015

TYPE : Exposition