On écrit des livres, on ramène des photographies. On voudrait tant s'être saisi de l'imperceptible. Mais ce qui compte en dernier lieu, c'est moins le résultat de l'élan, que l'éclair. Ce qui compte, c'est le départ et l'inconnu.

  • Joël VERNET 
  • Lettre pour un très lent détour
Réseaux sociaux

Site réalisé par Net Invaders

Fashion Week à Santorin

ou le regard de Narcisse

 

  • Santorin... À l'évocation de ce seul nom, toute la mythologie grecque ressurgit, mystérieuse, dramatique. Berceau de la civilisation Atlante selon Platon dans le Critias et le Timée. Pourtant, Santorin est aujourd’hui une destination touristique des plus prisées. (...) Le travail de Michel Eisenlohr fonctionne comme une mise en abime de ce spectacle foisonnant. Il dénonce, crée des contrechamps du photographe-photographié, s’invite dans l’histoire racontée en se placant à coté du photographe "officiel". Il s’inspire tout autant de la photographie documentaire et de l’inventaire sociologique que des images de mode par le jeu spontané des accessoires, des détails, des attitudes. Parfois, au milieu de ce tumulte, surgissent d’intenses moments de plénitude. Certains, enfin, se posent et contemplent. Le photographe capte alors ce silence devant l’immensité.
  • Julie MARIOTTI
  • Historienne de l'art, attachée de conservation
  • Exposition du 28 février au 11 avril 2015 - Espace Culture Marseille
Détails du projet

DATE: 13 nov 2013

TYPE : Reportages