On écrit des livres, on ramène des photographies. On voudrait tant s'être saisi de l'imperceptible. Mais ce qui compte en dernier lieu, c'est moins le résultat de l'élan, que l'éclair. Ce qui compte, c'est le départ et l'inconnu.

  • Joël VERNET 
  • Lettre pour un très lent détour
Réseaux sociaux

Site réalisé par Net Invaders

Sur les traces de Malpasset

Cette commande confiée par la Ville de Fréjus et l’association ACC Malpasset a été réalisée dans le cadre des commémorations du 50e anniversaire de la catastrophe du barrage de Malpasset. Barrage écorché, blocs échoués, ruines de fermes et d’usines, épaves de voitures, autant de stigmates à ciel ouvert, toujours visibles et qui témoignent du drame passé.  Le silence de ce lieu laise exploser toute la clameur d'une histoire tragique. "Il n'y a pas de vérités, seulement des histoires" Simon Ortiz

  • Ouvrage
  • Sur les traces de Malpasset, Editions ACC Malpasset (2010)
  • Expositions
  • Centre Culturel de Saint Raphael - Collection de l'Hotel des Arts ( 2015)
  • Chapelle  de l'Observance Draguignan ( 2014)
  • Musée de Longarone - Italie (octobre 2013) 
  • Festival Photographique de Roquebrune (juillet 2013) 
  • Festival Photomed - Bandol (mai 2012) 
  • Namur - Belgique (2012) 
  • Triberg - Allemagne (2012) 
  • Chapelle notre Dame des Oliviers - Figanières (août 2011) 
  • Nuits photographiques de Pierrevert (juillet 2011) 
  • Galerie de la Porte d’Italie - Toulon (avril 2011) 
  • Conservatoire du Patrimoine - La Garde Freinet (mars 2011) 
  • Villa Aurelienne - Frejus (novembre-décembre 2010)

  • Malpasset ... un nom terrible inscrit dans la mémoire collective comme une plaie béante au cœur de la France triomphante des Trente Glorieuses. Depuis, ces lieux sont marqués à jamais du sceau de la tragédie. Alors, comment commémorer ? Certes il y a toujours les images d’archives, les documents d’époque, les articles, les témoignages, le travail des historiens... Et puis il y a les traces... les ruines, les paysages abandonnés... qui, 50 ans après, imposent à tout promeneur un devoir de mémoire. C’est là que Michel Eisenlohr décide de poser son regard, de nous donner à voir... Avec pudeur et distance il nous entraîne à le suivre dans un vagabondage poétique...

 

  • Rémy KERTENIAN
  • Historien de l’Art - Responsable du Musée de la photographie de Toulon
Détails du projet

DATE: 13 nov 2009

TYPE : Reportages